ferme hydroponique formation basilic hydroponie les sourciers cuisine gastronomie

J’ai découvert les micropousses en 2015, en m’intéressant à la façon dont mes chefs dressaient leurs assiettes. Je remarquais souvent cette petite touche déco, une mini-herbe aromatique à la fois belle et succulente.

Ma curiosité touchée, j’entreprends de comprendre d’où elle vient, puis comment elle est produite. Assez rapidement le fournisseur est identifié : il s’agit d’un gros groupe et la production est loin d’être locale. Se pose alors la même démarche que pour les autres produits de notre ferme : Serai-je capable de leur offrir un produit de meilleur qualité, plus frais, plus local, et plus responsable?

Après un peu de recherches sur le web, je commence mes premiers tests en 2015 et même si ça pousse, c’est plutôt moyen. Je n’ose pas leur apporter. Je sais que je dois patienter jusqu’à trouver la technique parfaite et être certaine qu’ils me trouvent immédiatement meilleure que leur fournisseur actuel, je n’ai qu’une chance.

 

ferme hydroponique formation basilic hydroponie les sourciers cuisine gastronomie microgreenJe prends mon mal en patience et note scrupuleusement tout ce que je peux tester, tous les substrats, toutes les graines, toutes les lampes, tous les systèmes de cultures. S’en suit cette étape que Nico adore aussi, le chaos de la R&D avec des tests dans tous les sens, des piles de graines, des notes, des calculs, des essais ratés, d’autres qui sont bien, etc.… on achète beaucoup de matériel et graines qui aujourd’hui sont devenus inutiles, mais ces dépenses sont inévitables quand on fait des essais. Heureusement qu’on a une grande maison pour tout stocker !

 

Youtube m’aura fait perdre pas mal de temps car certaines méthodes montrées ne marchent pas du tout. C’est un des défauts d’internet, on y trouve de tout et n’importe quoi et parfois c’est une passoire et il faut deviner ce qui n’est pas expliqué ! Trouver des fournisseurs n’est pas chose facile, on en change souvent. Au bout de plusieurs mois, je finis par trouver une formule qui me satisfait tant au niveau production que prédictibilité ou écologie et je commence à en vendre. C’est un succès immédiat et très vite les chefs veulent du volume. Oups ! Je ne suis pas équipée ! Donc vite on agrandit le meuble de culture.

 

C’est seulement en 2017 que notre technique est vraiment parfaite à mes yeux : ça marche, ça ne nous coûte pas cher à produire, on peut s’agrandir encore au besoin, tous les fournisseurs sont identifiés, j’ai enfin mes données statistiques par variétés etc.…

Au final ça m’aura pris 2 ans pour trouver un modèle technico-économique vraiment stable. Et ça vaut vraiment le coup car dans la production de microgreen on a un très bon ROI, une bonne rentabilité et ça ne représente pas beaucoup d’heures de travail. Je trouve que c’est idéal comme activité complémentaire à notre activité de maraichage.

ferme hydroponique formation basilic hydroponie les sourciers cuisine gastronomie microgreen

Comme on donne des formations à l’hydroponie j’ai reçu énormément de demandes sur les micropousses, et j’ai même formé quelques personnes à titre privé. J’ai calculé et ça prend environ 7h pour aborder tous les sujets et sans pouvoir entrer vraiment dans chaque sujet en profondeur. Lorsque je forme j’aime expliquer comment je fais, mais surtout pourquoi je le fais comme ça, afin que la personne soit ensuite indépendante et puisse faire des choix si elle souhaite faire différemment. Car chaque situation va être unique et il faut pouvoir s’adapter à son environnement, budget et marché.

Je ne voulais pas ouvrir de formation à la culture de micropousses de la même façon que nous faisons des formations à l’hydroponie. Tout d’abord parce que notre laboratoire est chez nous dans notre maison, c’est une toute petit pièce, ce n’est pas idéal pour former des gens, et surtout car nous sommes perdu au fin fond de la France et faire venir des personnes pour seulement une journée me fait un peu honte !

J’ai donc décidé de me lancer dans une formule qui me faisais de l’œil depuis longtemps : la formation en ligne !

 

 

C’est idéal pour expliquer des concepts parfois un peu complexes car les stagiaires peuvent mettre sur pause et replay jusqu’à ce qu’ils aient bien tout compris. Alors qu’en formation présentielle ce n’est pas possible. Ils peuvent aussi télécharger des pièces annexes pour aller plus loin s’ils le souhaitent. Poser des questions sur le forum, prendre des notes en temps réel etc. La plateforme (me) coûte un peu cher mais c’est vraiment tout confort pour les stagiaires.

J’ai donc passé les trois premiers mois de l’année à bâtir une formation en ligne sur la culture de micropousses, ou microgreens comme j’ai l’habitude de les appeler. Je me suis mis dans la peau de quelqu’un qui n’y connaît vraiment rien et je me suis dis : Comment faire gagner du temps et de l’argent à cette personne? Qu’elle n’ait pas à perdre 2 ans à faire des tests et se retrouver avec plein de matériel inutile. Qu’est ce qui lui serait vraiment utile ?

 

Voici le programme de la formation :

  •  MODULE 1. La Production Commerciale de Microgreens 
    – Chapitre 1: Introduction et mise en contexte de la formation
    – Chapitre 2: Qu’est ce qu’un microgreen?
    – Chapitre 3: À qui et comment vendre les microgreens?
    – Chapitre 4: Calcul de rentabilité  
  • MODULE 2. Les Consommables : SUBSTRATS
    – Chapitre 1: Qu’est ce que le substrat
    – Chapitre 2: Les différents substrats pour microgreens et tableau comparatif
    – Chapitre 3: Les supports de culture
    – Chapitre 4: Qu’est ce que le stacking GRAINES ?
    – Chapitre 5: Comment choisir ses graines, les mucilagineuse, et l’influence de la température sur les graines.
    – Chapitre 6: Faire tremper ses graines à quoi ça sert
    – Chapitre 7: Tableau comparatif des différentes variétés, les fournisseurs et comment les conserver
  • MODULE 3. La Salle de Culture en Indoor 
    – Chapitre 1: La température, son influence et comment la modifier.
    – Chapitre 2: L’humidité, son influence, qu’est ce que le VPD, et 4 techniques pour faire baisser l’humidité.
    – Chapitre 3: Normes sanitaires, équipements de sécurité et outillage à prévoir pour sa salle de culture.
    – Chapitre 4: Design de son espace de culture, productivité du meuble et caractéristiques techniques.
    – Chapitre 5: L’eau et le pH.
    – Chapitre 6: La lumière, radiation, photons, couleur de lumière, choisir son matériel horticole.
    – Chapitre 7: L’automatisation de sa salle de culture, différentes méthodes d’arrosage.
  • MODULE 4. La Routine de Culture
    – Chapitre 1: Préparer le substrat, semer les graines.
    – Chapitre 2: Ranger ses microgreens sur le meuble de culture, les problématiques à anticiper.
    – Chapitre 3: Récolter et stocker les microgreens, le stacking en image.
    – Chapitre 4: Les gestes quotidiens, et livraison aux chefs.

 

Comme j’ai déjà fait des formations en ligne, j’ai retenu deux points qui pour moi allaient en garantir la qualité, car je veux que les personnes terminent la formation en se disant « waouh j’ai appris beaucoup plus que ce que je pensais y trouver » :

  • Le dynamisme. Je ne voulais surtout pas me poser devant un fond vert avec un power point dans le dos et réciter mon texte. Franchement c’est soporifique ! Comme je sais faire des photos, des vidéos et faire du montage pour ma chaine youtube, j’ai décidé de faire ça très vivant. Et donc il n’y a aucun power point, aucune longueur, c’est que des photos et des vidéos. Lors du dernier chapitre j’ai fait appel à une vidéaste très talentueuse qui m‘a accompagné sur ce projet et qui m’a filmé lorsque je fais la routine de culture de microgreens. Très pratique pour vous montrer exactement les gestes à effectuer.
  • Tout dévoiler. J’ai souvent suivi des formations ou je sentais que les formateurs ne voulaient pas TOUT partager, ou il reste des zones d’ombres. Personnellement ici il n’y a aucune chance que l’un de vous me fasse concurrence, à moins de s’s’installer à 5km de chez moi ! Donc je n’ai aucun problème à tout vous partager, au contraire! J’ai choisis de vous donner absolument tout : mes chiffres, mes fournisseurs de matériel, mes calculs, mes outils de planification, etc. … à la fin de la formation vous en savez autant que moi, il ne vous reste plus qu’à acquérir la pratique.
Visionner un extrait gratuit de la formation online à la culture de micropousses :

 

 

Bilan : Cette formation m’aura prit beaucoup de temps, entre l’écriture du script, les recherches biblio, la production, le montage, la post production et la configuration de la plateforme.

MAIS je n’ai jamais été aussi fière de mon travail, je sens que pour moi c’est parfait, je n’aurai pas pu mieux faire au niveau qualité et contenu.

J’ai fait appel à des testeurs qui ont fait la formation en me donnant leur feedback. Ils m’ont aidé à progresser en détectant des petits coquilles ou oublis (je suis humaine !) mais surtout ils m’ont tous dit que la formation était fantastique. Mieux encore, des inconnus ont acheté la formation et ont pris le temps de m’envoyer un petit mail pour me dire à quel point ils la trouvaient géniale, ce qui est la chose la plus gratifiante du monde. Un de mes testeurs qui s’est lancé du coup avant tout le monde, il y a quelque mois (tu te reconnaitras 😉 ) m’a confié la semaine dernière que les micropousses représentaient pour lui un complément de revenus de 1000 euros par mois !! (Nous on gagne moins, mais bon on est loin de la ville, on a forcement moins de clients !) Je suis vraiment trop contente pour lui.

Donc voilà ce roman pour vous dire à quel point je suis fière de vous présenter ma formation en ligne sur la culture de micropousses !

 

Si ça vous intéresse vous pouvez aller visiter notre page de formation et vous inscrire 🙂

https://formations.lessourciers.com/inscription/

– Marion