VerdeAgua ce n’est pas une entreprise. C’est un écosystème. Un modèle complètement à part qui nous a entrainé vers une autre dimension.

Serait-ce parce que son directeur Sebastiàn Figueron nous a invité, sans nous connaître, dans sa propre maison pendant toute une semaine sans rien attendre en retour?

Serai-ce pour l’autonomie totale de chacun de ses employés ? Pour la bonne humeur générale qui règne dans les serres ou dans la chambre froide? Pour les plantes qui rayonnent sous le soleil uruguayen? Les valeurs de cette entreprise sont fortes et imprimées partout et en chacun.

Je ne comprends toujours pas comment ils ont réussi un tel résultat, une telle osmose, créer une PME avec l’âme d’un projet familial.

VerdeAgua existe depuis 1999, ses fondateurs Sebastiàn Figueron et Juan Hererra ont relancé le marché des laitues hydroponiques en Uruguay avec une formule alléchante : une fraicheur extrême. Les plantes sont coupées à l’aube, lavées et empaquetés dans une chambre froide vers midi et livrées aux supermarchés en début d’après midi. Ces derniers leur commandent des produits tous les jours et toujours plus car la laitue part comme des petits pains. Les mix de salades contiennent plusieurs variétés de laitues et aussi du basilic et de la roquette. C’est un délice, et l’emballage sympa comme tout au nom alléchant « inspirada » « harmonia »   n’enlève rien à la magie. C’est frais c’est sain et c’est prêt à manger. Tout ce que les consommateurs recherchent.

J’ai voulu prendre quelques films pendant notre séjour là-bas pour faire une petite vidéo et transmettre un peu l’ambiance de cet endroit magique, sauf que… Sauf que comme tout me plait chez eux je me suis retrouvé avec plus de 3h de vidéos et uniquement des choses que j’avais envie de partager. Du coup je n’ai finalement pas fait une vidéo, mais bien quatre, qui se découpent en épisodes et qui suivent la vie de la plante de VerdeAgua :

 Sembrar pasion (semer la passion) c’est le pouvoir de fascination qu’ont les plantes sur nous les humains qui en prenons soin, c’est la facilité avec laquelle on s’attache et on les chouchoute, ça vient de l’âme, c’est profond et c’est la base de l’agriculture.

Regar confianza (arroser de confiance) c’est la colle de cet écosystème, la décision des gérants de traiter leurs employés comme leur famille, avec une autonomie presque indécente, qui donne source à la plus grande créativité dont en bénéficient les petites plantes, le centre de ce mini monde

Las Madres (les mamans) c’est une ode à la maternité qui nous habite tous, qui nous pousse à nous surpasser dans chaque épreuve, à prendre soin de chaque plante individuellement, de la force, de la sensibilité et de la délicatesse en chacune d’elles.

Comer amor (manger l’amour) c’est en beauté que se termine ce circuit vertueux, toute l’énergie et tout l’amour qui aura été donné par les madres et grâce à une nutrition soignée en hydroponie se retrouve dans la salade qui à son tour nous partagera ses bienfaits, la boucle est bouclé, on récolte ce que l’on sème.

C’est en espagnol, ne viens pas te plaindre que tu ne parle pas cette langue et que tu exiges des sous-titre ! Je te répondrai que les images parlent d’elles-mêmes.